Comment j’ai migré d’un Mac Mini vers un Raspberry Pi

Il y a quelque temps, j’ai décidé de déplacer mon environnement informatique d’un Mac Mini PowerPC vers un Raspberry Pi Model 2. Cet article décrit mes raisons de le faire et comment je l’ai fait. Bien que cela soit assez technique par endroits, si vous envisagez de passer d’un système existant à quelque chose de vraiment maigre et méchant, il y a des choses que vous devez savoir avant de faire ce saut.

Dire au revoir au Mac

Je dois admettre que je n’ai jamais vraiment été un fanboi d’Apple, surtout après une brève (et finalement insatisfaisante) aventure avec un MacBook en plastique polycarbonate en 2006. Bien qu’il soit magnifiquement conçu et que le logiciel « Just Worked », j’étais naturellement bouleversé quand il a décidé d’expirer peu de temps après l’expiration de la période de garantie (défauts de conception, apparemment). Et bien.

J’ai juré de ne plus jamais « investir » dans une machine Apple – jusqu’à ce que je découvre un Mac Mini PowerPC d’occasion sur eBay qui pouvait être acheté pour environ 100 $ en 2012. Il était nouveau en 2005 mais avait apparemment été remis à neuf. « Qu’est-ce que j’ai à perdre, surtout à ce prix? » Je me suis demandé. Personne n’a répondu, alors j’ai placé une offre de dernière minute, je l’ai gagnée et j’ai investi à nouveau environ la même somme d’argent pour augmenter la mémoire jusqu’à 1 Go et acheter le système d’exploitation sur DVD. La version OS X était 10.4.7 Tiger et l’architecture était Power PC. C’était calme mais fiable, et j’étais heureux. Cela n’a pas pris beaucoup de pouvoir non plus; environ 60 watts à pleine charge, donc c’était un bonus. J’ai passé de nombreuses heures heureuses à le bricoler et à essayer de trouver un logiciel pris en charge sur un appareil aussi ancien.

Comme on pouvait le prévoir, à mesure que mes besoins informatiques grandissaient et que le Mac vieillissait, il commençait à devenir sensiblement plus lent, et je savais que même des tâches simples, telles que lui demander d’exécuter un navigateur Web et d’afficher une page HTTPS, lui causaient des problèmes. Quand j’ai finalement réussi à trouver un logiciel antivirus pour cela, j’ai pris conscience du bruit du ventilateur de refroidissement de la Mini alors que le processeur se débattait avec la charge supplémentaire.

Une vérification rapide des moniteurs de performances a révélé des milliers de défauts de pagination de la mémoire, et j’ai réalisé que mon vieil ami était bientôt destiné à la cour des hackers. Bien sûr, cela signifiait rechercher un remplaçant, et c’est là que le plaisir a commencé.

Un (autre) petit ordinateur

Mon principal problème était que je n’avais pas un gros budget. J’ai regardé à nouveau eBay et j’ai trouvé un certain nombre de Mac Minis à vendre, tout autour de la barre des 500 $, et beaucoup d’entre eux étaient des premières unités Intel de base dont, comme mon ancien Mac, les gens avaient tout simplement grandi. Essentiellement, je voulais quelque chose comme l’ancienne Mini, idéalement avec une consommation d’énergie similaire. Un nouveau était évidemment hors de question.

Permettez-moi de dire que mes exigences informatiques sont assez peu exigeantes, et pour le travail photo / graphique, j’ai un autre ordinateur qui consomme de l’énergie comme s’il n’y avait pas de lendemain et dégage suffisamment de chaleur pour me garder au chaud en hiver. Et puis je me suis mis à penser au Raspberry Pi Model 2. Maintenant, avant de rire, j’ai environ six choses sur différents serveurs, et ils fonctionnent très bien. L’un exécute un petit serveur Web, un autre exécute un serveur de messagerie, etc. Chacun coûte environ 30 $, et la plupart utilisent une carte microSDHC bon marché, donc si l’un échoue, je peux facilement l’échanger contre un autre, et je peux généralement acheter une carte appropriée dans un supermarché local – essayez de le faire lorsque votre lecteur d’ordinateur portable tombe en panne! J’ai également un Netgear ReadyNAS 102 avec quelques disques durs de 2 To pour servir de stockage en vrac.

Soudain, mon plan semblait être viable après tout!

Spécification

La spécification était un peu évidente: le modèle 2 Pi est livré avec 1 Go de mémoire standard, l’Ethernet fonctionne à 100 Mbps maximum, la vitesse d’horloge est de 900 MHz, il y a quatre ports USB, et c’est votre lot, mec. Vous pouvez l’overclocker, mais je n’ai jamais voulu essayer cela pour diverses raisons.

J’avais un Pi dans mon tiroir de rechange, donc pas de problème. J’ai commandé un boîtier en aluminium chic fabriqué par Flirc qui était proposé pour 20 $ et dûment inséré dans le Pi. L’unité d’alimentation (PSU) devait être un véritable appareil à deux ampères, et encore une fois, j’en avais un de rechange. Si vous prenez votre propriété Pi au sérieux, je recommande le chargeur de bureau Anker 40W à cinq ports: il a une gestion intelligente de l’alimentation, et j’exécute cinq Pis à partir d’une seule unité. Par ailleurs, si vous utilisez par inadvertance une alimentation qui ne peut pas fournir le courant requis, vous verrez toujours une icône carrée multicolore dans le coin supérieur droit de votre écran, alors soyez averti.

Le « disque » microSDHC était cependant plus problématique. J’utilise toujours SanDisk, et cette fois je voulais quelque chose de rapide, d’autant plus que ce devait être une machine « de bureau ». Au final, j’ai opté pour une carte SanDisk 8 Go Extreme Pro UHS-1 qui promettait des performances d’écriture / lecture de 90 à 95 Mbps. « 8 Go? Ce n’est pas beaucoup d’espace », je vous entends pleurer les utilisateurs de Windows, et parce que c’est Linux, il n’y en a pas besoin.

De la façon dont je l’ai envisagé, je configurais le Pi normalement et l’utilisais principalement comme disque de démarrage. J’hébergerais tous mes documents et fichiers multimédias sur la boîte de stockage en réseau (NAS), et tout irait bien. Les partages NAS seraient accessibles via le système de fichiers réseau (NFS), et je les montais simplement en tant que répertoires sur le Pi.

Très tôt, j’ai choisi de déplacer tout mon répertoire personnel sur le NAS, et cela a bien fonctionné, avec quelques bizarreries. Le problème que j’ai rencontré était une bizarrerie Pi, et bien que j’étais sûr qu’il y avait un correctif, je voulais le faire fonctionner avant que le Mac ne soit finalement sorti. Lorsque le Pi démarre, il semble activer la partie réseau assez tard dans la séquence, et j’ai constaté que je ne pouvais pas faire mes montages NFS car l’interface réseau n’était pas encore apparue. Plutôt que de pirater avec des scripts délicats, j’ai décidé de simplement monter les partages NFS à la main après m’être connecté après un démarrage réussi. Cela semblait fonctionner, et c’est la solution que j’utilise maintenant. Maintenant que j’avais une stratégie de base, il était temps de la mettre en œuvre sur la machine « live ».

C’est la beauté de travailler avec le Raspberry Pi: vous pouvez rapidement pirater un banc d’essai et avoir un système opérationnel en moins de 30 minutes.

En ce qui concerne la vidéo, j’ai acheté un câble HDMI-DVI à utiliser avec mon moniteur Dell, et en mode de bureau GUI, cela revient à 1280×1024 – assez bon pour mon utilisation. Si vous avez un téléviseur à écran plat monstre, vous pouvez toujours l’utiliser à la place.

Mon environnement logiciel

Système opérateur

J’ai finalement choisi Arch Linux pour ARM 7H comme système d’exploitation. Je suis un vétéran de Raspbian, mais je n’avais pas besoin du logiciel éducatif qui l’accompagne (j’ai d’autres Pis pour ça). Arch fournit un environnement minimal mais est complet, bien pris en charge et puissant; il dispose également de nombreux logiciels disponibles. Après son installation initiale, j’avais utilisé un peu plus de 1,2 Go d’espace, et même maintenant, avec tous mes logiciels sur la microSDHC, je n’utilise que 2,8 Go de ma carte de 8 Go. Veuillez noter que le Pi 2 est officiellement Arch Linux ARM 7, pas 6.

Bureau

Je voulais un environnement de bureau graphique (même si je suis un gars sorta en ligne de commande), mais il devait être en accord avec l’éthos maigre et méchant. J’avais déjà utilisé LXDE et j’en étais satisfait, alors je l’ai installé; GNOME et KDE étaient tout simplement trop gros.

Navigateur Web

Le navigateur Web était un peu un problème, mais après avoir essayé le Midori par défaut, Epiphany et quelques autres, j’ai décidé de Firefox. C’est un peu mou, mais il suit bien les normes, et si vous allez signer numériquement des documents LibreOffice ODT, vous en aurez besoin de toute façon. Un problème sur une machine de cette puissance est le prix énorme que les publicités Web imposent à l’utilisation globale de la mémoire. En fait, une page mal annoncée peut arrêter complètement le navigateur, j’ai donc dû faire disparaître ces publicités. Une façon serait d’installer un plug-in de blocage des publicités, mais c’est un autre succès sur la mémoire disponible, donc une méthode plus simple était nécessaire.

Comme il s’agit d’une boîte Linux, j’ai simplement téléchargé un fichier d’hôtes bloquant la publicité. Il s’agit d’un travail communautaire étonnant qui comprend plus de 15 000 noms d’hôtes pour pratiquement tous les serveurs qui diffusent des annonces. Toutes les entrées pointent vers une adresse IP de 0.0.0.0, donc il n’y a pas de temps perdu et votre bande passante vous appartient à nouveau. C’est un téléchargement gratuit et peut être ajouté à la fin d’un fichier d’hôtes existant. Bien sûr, la valeur majeure, en ce qui me concerne, est que les temps de chargement des pages sont beaucoup plus rapides.

La capture d’écran ci-dessous montre un Firefox sans publicité recouvert de la même page dans ELinks.

Aucune publicité non plus, mais si vous n’avez pas besoin de tout le plaisir des yeux rendu par Firefox, ELinks offrira une expérience super propre. (Normalement, tous les espaces dans l’image Firefox sont remplis de publicités.) Le navigateur ELinks est un navigateur hybride intéressant qui est principalement basé sur du texte et est similaire au navigateur Lynx classique en texte pur.

Messagerie

Il serait exagéré, et indésirable du point de vue de la sécurité, d’avoir Microsoft Skype sur le Pi, j’ai donc choisi un client Jabber / XMPP, Psi. Psi a l’avantage de ne pas avoir une multitude de dépendances, et cela fonctionne aussi très bien. Il est facile de participer à des chats multi-utilisateurs, et j’ai un autre Pi hébergeant un serveur Jabber pour le tester. Il n’y a malheureusement pas de version en mode caractère, et la plupart des clients basés sur du texte que j’ai essayés ont eu des problèmes, c’est donc une situation GUI uniquement pour le moment. Peu importe; cela fonctionne bien et n’utilise pas beaucoup de ressources.

Email

J’ai également essayé un certain nombre d’applications de messagerie: c’était facilement l’application la plus importante. Finalement, j’ai choisi Claws Mail. Malheureusement, il ne fait pas de courrier HTML, mais il est extrêmement fiable. Je dois dire que je ne peux pas encore faire fonctionner correctement le plugin GNU Privacy Guard (GPG) en raison de problèmes de version non résolus, mais je peux toujours crypter les messages dans un terminal, si besoin est.

l’audio

La musique est importante pour moi et j’ai choisi SMPlayer comme lecteur multimédia. Il prend en charge de nombreuses options, y compris des listes de lecture pour les fichiers locaux et en réseau et le streaming radio Internet. Il fait bien le travail.

Vidéo

Je n’entrerai pas dans les détails du lecteur vidéo. Compte tenu des spécifications matérielles du Pi, la lecture fiable d’un flux vidéo, même sur le même réseau, était problématique. J’ai décidé que si je voulais regarder des vidéos, j’avais d’autres appareils plus adaptés. J’ai essayé et expérimenté le gpu_mem mise en /boot/config.txt, en le faisant passer de 64 Mo par défaut à 96 Mo. J’étais prêt à emprunter un peu de mémoire d’application pour le lecteur vidéo, mais même cela ne semblait pas le faire fonctionner correctement. En fin de compte, j’ai conservé ce paramètre afin que l’environnement de bureau fonctionne plus facilement et jusqu’à présent, je n’ai eu aucun problème. L’ironie de ceci est que j’ai un autre Pi sur lequel un serveur DLNA est installé, et cela peut extrêmement bien diffuser de la vidéo – pas seulement vers un client, mais plusieurs. Pour sa défense, cependant, il n’a pas d’environnement de bureau à affronter. Donc, pour l’instant, je n’ai pas pris la peine d’essayer de lire une vidéo.

Traitement d’image

Je dois faire une retouche photo et image simple et légère, et je savais par expérience que GIMP et des packages similaires mettraient le Pi à genoux. J’ai trouvé une application appelée Pinta, qui ressemble à une peinture Microsoft améliorée, mais avec plus de cojones. En tant que personne possédant une grande collection d’images, j’avais également besoin d’une application de diaporama. Après beaucoup d’évaluation, j’ai décidé de feh. Normalement exécuté à partir d’un terminal dans le bureau de l’interface graphique, il dispose d’une incroyable gamme d’options qui peuvent vous aider à produire un diaporama d’images, et encore une fois, il a peu de mémoire.

Suite bureautique

Et puis il y avait une suite bureautique. Sur l’ancien Mac Mini, j’étais heureux (et légalement) d’exécuter une copie de Microsoft Mac Office 2004, et j’étais vraiment désolé de perdre cela. J’avais juste besoin d’un équivalent Microsoft Word et Excel, mais je devais garder à l’esprit les limites du Pi. Bien sûr, il existe des versions autonomes des applications de traitement de texte et de feuille de calcul, mais rien ne m’a vraiment donné confiance pour pouvoir éditer un document complet.

Je connaissais déjà LibreOffice, mais j’avais des doutes à ce sujet en raison de son exigence Java Runtime Environment (JRE), du moins c’est ce que je pensais. Heureusement, JRE était facultatif, et tant que je ne voulais pas utiliser le pool de connexions (de base de données) de macros, il n’était pas nécessaire de l’activer. J’ai également utilisé autant d’options intégrées que possible, rejetant les skins et les thèmes; cela a ramené l’empreinte mémoire globale à un niveau raisonnable, et bon, j’écris ceci sur LibreOffice Writer maintenant! J’ai adopté l’attitude que s’il a un thème intégré, utilisez-le!

Voici l’aperçu actuel de la mémoire (en Mo) depuis le bureau de l’interface graphique:

Divers

Les autres logiciels de bureau que j’ai installés (pas autant que je le souhaitais pour garder cette installation minimale) sont:

  • FileZilla: client SFTP / FTP
  • PuTTY: Frontend de terminal SSH / telnet
  • Mousepad: Un éditeur de texte brut polyvalent, similaire à Wordpad ou Notepad, mais beaucoup plus puissant

Dans l’ensemble, la configuration entière fonctionne comme prévu. J’ai trouvé qu’il fonctionne bien, même s’il est parfois un peu lent, mais c’est normal, car il fonctionne sur un Raspberry Pi avec une vitesse d’horloge de 900 MHz et 1 Go de mémoire. Tant que vous êtes conscient et prêt à accepter les limitations, vous pouvez avoir un système bon marché et très fonctionnel qui n’occupe pas tout votre espace de bureau.

Manque de caractères

La vie avec un bureau Pi ne dépend pas uniquement de l’interface graphique; c’est aussi un environnement de ligne de commande très compétent, si vous en avez besoin. En tant que développeur Linux et geek, je suis très à l’aise dans un environnement en mode caractère, et c’est là que le Pi prend vraiment tout son sens. Les performances que vous pouvez attendre dans l’environnement de ligne de commande, au moins dans ma configuration, dépendent d’un certain nombre de facteurs. Je suis limité dans une certaine mesure par la vitesse de l’interface réseau du Pi et les performances globales de mon Netgear ReadyNAS 102, une autre boîte ARM grand public légèrement sous-alimentée. La seule chose qui m’a plu, cependant, a été l’augmentation sensible de la vitesse par rapport au Mac Mini!

Fonctionnant dans un environnement de terminal natif, il s’agit de l’utilisation de mémoire typique (en Mo) que vous pourriez attendre:

Une chose à noter est le manque de partition de swap. Il est généralement admis que tout type de système d’échange sur un Raspberry Pi est une très mauvaise chose ™ et usera votre carte SD en un rien de temps. J’ai envisagé de mettre en place une partition de swap sur le boîtier NAS, mais je l’ai exclu très tôt, car cela aurait un impact très négatif sur le réseau dans son ensemble, et comme avec le problème de montage NFS, la partition de swap devrait être montée avant le réseau est venu. Alors non.

Ayant vécu avec Raspberry Pis depuis un certain temps maintenant, disons simplement qu’il faut apprendre à bien configurer les choses en premier lieu pour éviter le besoin, et finalement, cela peut vous apprendre à mieux gérer les ordinateurs.

Dans le cadre de mes efforts pour rendre le Pi aussi utile que possible, j’ai dû imaginer un scénario dans lequel tout ce sur quoi je travaillais était tellement gourmand en ressources que je ne pouvais pas exécuter un bureau GUI ou que l’interface graphique n’était tout simplement pas requise. Cela signifiait reproduire autant d’applications que de bureau uniquement dans un environnement en mode caractère. En fait, c’était plus facile que de trouver les applications de bureau équivalentes.

Voici ma programmation actuelle:

Pour tout le reste, il s’agit simplement de retourner au bureau de l’interface graphique. En parlant de ça…

Un écran assez occupé, mais le Raspberry Pi le gère bien. Ici, j’utilise LibreOffice pour écrire cet article, il y a une boîte d’état du réseau, Firefox est sur le site Web mpg123, et il y a un terminal en haut qui montre combien de mémoire (n’est pas) utilisée. Le menu déroulant à gauche affiche les applications de la suite bureautique.

Autres scénarios et réflexions

Où est

Avec n’importe quel système hybride comme celui-ci, il est important de se rappeler ce qui se trouve où, afin qu’en cas de problème, la récupération soit plus facile. Dans ma configuration actuelle, la carte microSDHC ne contient que le système d’exploitation, et autant que possible, tous les fichiers de configuration du système s’y trouvent également. Vos propres données de l’espace utilisateur seront stockées sur le NAS dans votre répertoire personnel. Idéalement, vous devriez remplacer ou mettre à jour le logiciel sur la microSDHC sans avoir d’effets néfastes sur votre environnement informatique dans son ensemble, mais en informatique, ce n’est jamais aussi simple.

Dans le système de bureau GUI X11, bien qu’il existe un fichier de configuration par défaut dans / etc / X11, vous aurez invariablement une version personnalisée contenant vos propres préférences. (Ceci est voulu par la conception même du produit.) Cependant, votre propre fichier sur le NAS fera référence aux fichiers sur le microSDHC:

L’effet global est que si vous changez un environnement pour un autre, vous subirez invariablement un changement (ou une perte) de fonctionnalité. Espérons que les changements seront mineurs, mais vous devez être conscient des liens parfois ambigus.

N’oubliez pas que le racine l’utilisateur toujours être sur le microSDHC, et si votre boîtier NAS échoue pour une raison quelconque, vous serez toujours en mesure de démarrer votre système et au moins effectuer un travail de récupération.

Alternatives NAS

Pendant que je suis dans mon bureau à domicile, j’ai un accès complet à ma boîte NAS, qui représente ce qui (dans la terminologie actuelle) serait un cloud personnel. Je préfère de beaucoup cette solution à un cloud commercial qui est invariablement géré par une société d’origine, de localisation, de sécurité et de motivations inconnues. Pour ces raisons, je vais toujours héberger mes données où je peux les voir et y accéder physiquement selon les besoins. Cela dit, vous n’êtes peut-être pas aussi paranoïaque que moi et voudrez connecter votre bureau Pi à un partage cloud externe.

Dans ce cas, l’utilisation d’un montage NFS comme base pour votre répertoire personnel devrait signifier qu’il s’agit simplement de modifier votre / etc / fstab pour pointer le client NFS vers un emplacement différent. Dans ma configuration, la boîte NAS est appelée, euh, NASBOX, et le point de montage de partage NFS local est appelé / NASmount. Lorsque vous créez votre utilisateur non root, vous déplacez simplement son répertoire personnel vers un répertoire existant appelé / NASmount:

NASBOX:/Les données/votre part /NASmount nfs
nfsvers=3,rsize=8192,wsize=8192,timeo=60, intr, auto 0 0

monter -t nfs -v NASBOX:/Les données/votre part /NASmount


puis votre arborescence de répertoires pourrait ressembler à ceci:

/NASmount/domicile/utilisateur

Donc, en changeant simplement le / etc / fstab entrée, vous pouvez rapidement être connecté au cloud de quelqu’un d’autre. Cela, comme on dit, est laissé comme exercice au lecteur. Comme alternative encore plus basique, vous pouvez simplement oublier complètement l’aspect réseau et utiliser à la place une clé USB dans l’un des ports de rechange.

Sauvegardes et sécurité

Sur la plupart des ordinateurs, les sauvegardes ne sont effectuées qu’occasionnellement, voire pas du tout, mais je m’assure de sauvegarder régulièrement mon Pis.

Pour moi, la façon la plus simple est de copier la carte SD entière et de la mettre dans un endroit sûr. En fait, il y a un script pour le faire, et encore mieux, cela peut être fait pendant que le Pi est en marche et sans le mettre hors tension. rpi-clone utilise rsync pour copier rapidement le contenu de la carte actuelle sur une carte de capacité identique connectée à un port USB de rechange, et il va même partitionner et formater la carte de destination dans le cadre du processus. Une carte de 8 Go prendra environ 10 minutes de bout en bout et, une fois qu’elle est terminée, vous avez la lueur intérieure de satisfaction sachant que, si la carte source est corrompue, vous pouvez simplement l’échanger pour votre sauvegarde à chaud et continuer à travailler.

En termes de sécurité, un microSDHC est un petit appareil, et si les choses deviennent vraiment désespérées, vous pouvez toujours l’avaler. Je plaisante seulement… enfin, en quelque sorte. Veuillez noter que sur le Raspberry Pi Model 2, l’insertion d’une carte USB (espérons-le) entraînera la reconnaissance et la lecture de la carte. Sur le modèle B et éventuellement B +, cela entraîne un redémarrage, donc si vous faites quelque chose de vital, n’oubliez pas ceci.

À un certain stade, vous devez sauvegarder votre répertoire personnel, même s’il se trouve sur un NAS, qui, par définition, est un endroit où vos données sont conservées en toute sécurité (comme dans « Résistance aux pannes matérielles »). La méthode la plus fiable que j’ai trouvée consiste à utiliser rsync pour sauvegarder sur un périphérique externe. Dans mon cas, le périphérique externe est une clé USB cryptée qui peut être insérée à tout moment dans le Pi. Comme toujours, il y a quelques points à noter:

  1. Votre appareil cible est-il suffisamment grand pour contenir l’intégralité de votre dossier de départ? Étonnamment, mon contenu et mes fichiers de configuration tiendront confortablement dans 2 Go, car tous mes gros fichiers multimédias sont montés en tant que partages NAS.
  2. Je dois me rappeler de démonter tous les grands référentiels multimédias avant d’exécuter la sauvegarde; sinon, rsync suivra volontiers les chemins, et je finis par essayer de copier 43 000 images et 9 000 morceaux de musique sur une clé USB de 2 Go.
  3. Gardez votre clé USB en sécurité et de préférence cryptée; vous mettez toute votre vie numérique au même endroit et vous ne voudriez pas la perdre.

Voici la commande pour exécuter ma sauvegarde:

rsync -azvh –exclure /Téléchargements/ –exclure .cache/ /NASmount/domicile/utilisateur/
/mnt/backupdevice


J’ai exclu certains dossiers contenant de nombreux fichiers transitoires ou des fichiers téléchargés potentiellement très volumineux. Vous devrez peut-être ajouter d’autres dossiers comme bon vous semble.

Polyvalence

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le Pi en tant qu’ordinateur monocarte est extrêmement polyvalent, non seulement dans ce qu’il offre en logiciels et en matériel, mais également en fournissant de nouvelles options informatiques vertes. Il est physiquement petit, donc il peut être transporté facilement, et le microSDHC est assez petit pour être conservé dans un portefeuille ou un sac à main. Plus besoin de trimballer un ordinateur portable grâce à la sécurité de l’aéroport: mettez le Pi dans vos bagages enregistrés et votre « disque dur » est en sécurité avec vous. Même si le Pi est volé, ils sont si courants que vous pouvez en acheter un presque partout.

Ensuite, il y a les options d’alimentation: il a besoin de 5v à deux ampères, maximum, donc vous pouvez l’exécuter à partir d’une batterie, soit une unité rechargeable de poche ou une avec un panneau solaire. C’est vraiment quelque chose que je dois essayer!

Outil de collaboration multi-utilisateurs? Ouais pourquoi pas! Configurez un Pi en tant que serveur SSH (indice, qui est fourni en standard) et demandez à vos développeurs de se connecter en toute sécurité et de créer, modifier et compiler le code source. Ce serait cependant dans un environnement en mode texte: bien que SSH ait la possibilité de transmettre X11, le manque de puissance du Pi serait un problème. Voici une photo de ma connexion via mon téléphone Android à l’aide de ConnectBot. Pratiquement n’importe quel combo plateforme et client peut être utilisé.

Alors, où ensuite?

Eh bien, ça a été un parcours difficile mais amusant d’arriver à ce stade, et je peux dire que j’ai beaucoup plus appris sur Linux par rapport à mes débuts.

En ce moment, je peux dire que mon environnement informatique s’est stabilisé, et je peux faire pratiquement tout ce que je faisais sur l’ancien Mac Mini et bien plus encore. Le système reste léger et méchant, et je n’ai pas l’intention d’installer quoi que ce soit de majeur dans un avenir proche. Ma principale contrariété est de ne pas pouvoir imprimer, et il est peu probable que je puisse résoudre ce problème dans un proche avenir, mais je vais y revenir quand j’en aurai le temps.

De même avec ma situation de lecture vidéo. Pour vous donner une idée, j’ai essayé de regarder la vidéo « Happy » de Pharrell Williams l’autre jour, et pendant que le son jouait bien, je regardais toujours la vidéo au ralenti 30 secondes après la fin de la chanson. Mais bon, on ne peut pas tout avoir…

Soit dit en passant, le Raspberry Pi Model 2 a été salué comme une machine capable d’exécuter Windows 10: je suis sûr qu’il y a un élément de vérité dans cela, mais étant donné les limitations matérielles, je ne vois pas comment cela est possible ou même souhaitable. J’ai peut-être tort. Nous verrons (mais je ne vais pas l’essayer!).

Source : https://opensource.com/article/20/3/mac-raspberry-pi de petergarner Traduit de l’anglais sous licence CC BY-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *